Le restaurant préféré d’Estelle, fondatrice d’un Zeste d’Estelle à … Paris 1er, LE CAMELIA

Il y a en ce moment un petit blog qui monte qui monte… C’est le blog d’Estelle, Un Zeste d’Estelle pour être précise. Ce blog donne avec bienveillance et amour du travail bien fait des recettes à faire pour les cuisiniers du weekend ou des petits chefs en devenir :) Comme j’aime manger et pas que au restaurant je ne pouvais pas passer à côté de ce blog sans vous en parler. 

Le restaurant préféré d’Estelle, fondatrice du blog Un Zeste d’Estelle

Un-zeste-d'Estelle

Un-zeste-d’Estelle

Métro : Concorde ligne 1, 8 et 12

Bonjour Estelle, 

Peux tu, en un zeste, nous parler de toi ?
Je suis parisienne de naissance, auvergnate et bretonne de filiation, de nature positive et bienveillante et accro au Pays Basque depuis plus de 30 ans. Je suis attachée de presse, j’ai monté ma société il y a 24 ans, c’est un métier qui me prend un temps fou et mord plus que je ne voudrais sur ma vie de famille, et chez moi les journées sont toujours trop courtes. Mais il y a une chose sacrée pour moi, c’est la cuisine. Dans ce monde où on nous fait ingurgiter n’importe quoi, je trouve important de préparer soi-même ses repas, surtout quand on a des enfants. D’autant que ça coûte moins cher que de commander des plats tout faits, que c’est bien meilleur et que c’est assez facile somme toute. J’ai été élevée comme ça donc j’avoue avoir été bien influencée ;-)

Il y a cinq ans je suis devenue brusquement intolérante au lactose, et depuis je ne touche plus au lait de vache, crème fraîche, beurre, fromage. J’ai dû revoir toutes mes recettes et les adapter pour pouvoir continuer à manger mes gâteaux préférés et tous les plats contenant de la crème, du beurre, du fromage… parce que je suis très gourmande ! Au final, ça fonctionne très bien et la plupart du temps on ne sent même pas la différence.

Un Zeste d’Estelle ?
Comme on a toujours besoin d’idées quand on doit cuisiner tous les jours et que mes amies me demandaient mes recettes, j’ai ouvert un blog en septembre dernier : Un Zeste d’Estelle. J’y ai déjà posté près de 100 recettes, sucrées comme salées. Toutes très gourmandes mais toujours sans lactose, donc plus légères et plus digestes que la moyenne.

J’ai aussi créé ou adapté des recettes « light » mais savoureuses, pour celles et ceux qui surveillent leur ligne… Ou pour les lendemains de fête ! Ce sont souvent d’ailleurs des plats complets qui font un repas à eux tout seuls.

Pour moi la cuisine c’est de l’amour et de la convivialité, c’est généreux, c’est un échange…

…En parlant d’amour, c’est bientôt la Saint Valentin. Pourquoi ne pas choisir cette année de consacrer un peu de temps à son amoureux(se) en lui préparant un petit dîner ?
Même si on ne sait pas cuisiner ou si on a peu de moyens on peut y arriver, et surprendre.
Par exemple :
– en préparant une petite entrée toute simple mais jolie et inhabituelle : des champignons sauce soja et graines de sésame.
– Ensuite, en plat je pourrais vous proposer un canard confit au cidre, ultra parfumé, ultra fondant, très simple à réaliser et pas très cher, il demande surtout un peu de
temps pour mijoter.
– Et en dessert, évidemment il vous faut un peu de chocolat ! Histoire de faire fondre définitivement votre amoureux(se). Le gâteau qui fait l’unanimité, le meilleur à mon
sens et pourtant le plus facile et le plus économique à réaliser, est le fondant au chocolat.

Un-Zeste-d'Estelle-St-Valentin

Un-Zeste-d’Estelle-St-Valentin

Avec ces journées bien chargées arrives tu à sortir un peu ?
J’organise souvent des dîners à la maison, ou je sors chez des amis, mais j’adore aller au restaurant pour découvrir de nouvelles tables, de nouveaux chefs, de nouveaux plats.

A titre professionnel je déjeune très souvent au restaurant, j’en profite ensuite pour faire découvrir mes adresses préférées à mon entourage quand on sort le soir.
J’attache toujours une grande importance à la fraîcheur des aliments, le test parfait étant de demander au cuisinier de me préparer le plat de la carte sans beurre ou crème,
mais avec un filet d’huile d’olive, un test fatal pour ceux qui pratiquent le « sous vide » !
Et c’est peut-être un détail, mais j’avoue que la déco du restaurant compte aussi beaucoup.

Quel est le type de cuisine qui arrive le plus à te faire fondre ?
J’ai un faible pour les chefs qui savent bien cuisiner les légumes, d’une façon générale, et je peux facilement craquer sur une assiette végétarienne si elle est belle.

J’apprécie la cuisine française traditionnelle quand elle est bien réalisée, et j’ai un énorme faible pour la gastronomie japonaise (ayant grandi entourée d’amis japonais) et italienne !
Je profite aussi souvent d’un repas au restaurant pour choisir un plat que je ne pourrais pas cuisiner à la maison car je suis la seule à l’aimer.

Parmi tous ces chefs et restaurants aux multiples qualités pourrais tu nous en sélectionner un qui te plait plus que les autres ?
C’est difficile pour moi d’en élire un en particulier mais je dirai que mes trois belles tables préférées de Paris, pour le moment, sont :

La-Table-du-Chef-dans-le-Jardin-du-Camelia

La-Table-du-Chef-dans-le-Jardin-du-Camelia

– « Le Camélia », le restaurant de Thierry Marx au Mandarin Oriental, dans le 1er, où je vais petit déjeuner pour des occasions spéciales. Le lieu est magique, futuriste et en
même temps extrêmement confortable et raffiné, et l’accueil est d’une grande gentillesse pas feinte tout le personnel est aux petits soins mais avec décontraction. Thierry Marx
a créé un petit déjeuner sans lactose, un vrai rituel à lui tout seul, le bien-nommé « le Delight », à essayer ! Dès le printemps on peut profiter de la terrasse intérieure,
dans la verdure, le matin c’est très agréable. Pour le dîner, j’apprécie tout particulièrement le soin que le Chef porte à la préparation de ses légumes, et ses compositions qui
tiennent du grand art ! C’est aussi beau que bon, une merveille. Une cuisine généreuse à l’image de son Chef, qui est une belle perosnne.

Un-Petit-déjeuner-au-Camelia

Un-Petit-déjeuner-au-Camelia

– le « 39V », au 39 avenue George V dans le 8ème, où on vous emmène directement au 6ème ciel dans une magnifique salle à manger sous verrière, c’est magique ! J’y’ai vécu une
expérience culinaire unique : goûter à des riz de veau pour la première fois à 45 ans. Je me suis dit que si je devais essayer c’était là, et j’ai eu raison c’était fabuleux !
La cuisine du Chef Frédéric Vardon est toujours inventive et les assaisonnements parfaits, je n’ai jamais été déçue.

– « Akrame », situé dans un hôtel particulier juste à côté de la place de la Madeleine, rue Tronchet. Rien ne laisse deviner ce restaurant depuis la rue, aucun bruit ne filtre, un havre de paix dans un quartier en perpétuelle agitation. La décoration est contemporaine, chaleureuse et la salle assez intimiste. Le lieu est très beau, de la cour où on peut profiter d’une ou deux tables au soleil dès le printemps, jusqu’à l’intérieur. Tout le personnel est aux petits soins, mais pas dénué d’humour. Et surtout, le chef Akrame Benallal, a su me préparer les mêmes plats que pour mes amis ou clients mais sans lactose, du sur mesure, alors que je ne suis pas un VIP chez lui ! J’ai un souvenir particulièrement ému d’un dessert au chocolat divin, dont l’apparence ne pouvait pas laisser deviner qu’il était réalisé différemment de ceux de mes amis. Un virtuose, très innovant, et d’une grande gentillesse en plus !

Et les prix, restent ils abordables ?
Comme pour tous les restaurants étoilés les prix peuvent varier énormément, mais il y a des moments privilégiés pour aller en profiter sans se ruiner (mais vous pouvez aussi choisir de sortir le grand jeu !) :

– Pour le Camélia je conseille d’y aller une première fois pour découvrir le petit déjeuner « Delight » (50€, mais vous ne mangerez presque pas à midi) ou tous les autres. Sinon à midi le « Daily Marx » permet de déjeuner pour 65€ avec entrée, plat et dessert, idéal pour un repas d’affaires.

– Au 39V les menus au déjeuner oscillent entre 39,50€ pour une entrée et un plat, et 49,50€ en rajoutant un dessert, avec des plats qui varient selon le marché du jour, et un
beau choix.

– Et il faut aller chez Akrame au déjeuner, il vous propose un menu de 3 plats à 60€. Le soir les deux menus oscillent (sans le vin) entre 115 et 145€.

Qui emmènerais tu avec toi ou à qui conseillerais tu ces restaurants ?
Les trois restaurants se prêtent aussi bien aux repas d’affaires – y compris le petit déjeuner du Camélia – qu’aux repas entre amis ou en amoureux.

Le plus intimiste étant l’Akrame, c’est ce restaurant que je conseillerai le plus aux amoureux si je dois en choisir un. Demandez la petite table au fond, pour être
tranquilles…

Exercice plus compliqué maintenant… à qui ou dans quelles circonstances le déconseillerais tu ?
Je ne pourrai les déconseiller que si vous devez déjeuner avec une personne qui n’apprécie pas la bonne cuisine, qui n’aime pas manger, ou si vous devez organiser un déjeuner de famille avec plein d’enfants très bruyants, il y aura des cadres plus adaptés ;-)

Je terminerai, si je peux, avec une mention spéciale pour les 3 restaurants de 750g la Table, ouverts récemment par les Chefs Damien et Chef Régis : c’est gai, c’est coloré, c’est souriant et c’est vraiment délicieux, le tout pour un rapport qualité prix exceptionnel ! Je suis fan.

Les coordonnées :
251 rue Saint Honoré
75001 Paris
Tél : 01 70 98 74 00
http://www.mandarinoriental.fr/paris/fine-dining/camelia/
Ouvert tous les jours de 7h à 23h
Métro : Concorde, ligne 1, 8 et 12

Cette entrée a été publiée dans Les meilleurs, Paris 01, Zautres articles !, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>