Le restaurant préféré de Dorothée Drevon, journaliste et humoriste à … Nantes – LE SONG

C’est une joie pour moi de vous faire partager aujourd’hui l’interview de Dorothée Drevon que j’ai eu la chance de voir en spectacle dernièrement. C’est drôle, c’est vrai, c’est punchy et surtout c’est très frais ! Allez-y c’est tous les jeudis au Théâtre de 10 heures.

Le restaurant préféré de Dorothée Drevon, journaliste, et maintenant humoriste dans le One Woman Show « Albert Londres, les Pigeons et moi » . Sur scène tous les jeudis soirs au théâtre de Dix Heures, Paris 18ème.

Dorothée-Drevon-Journaliste-Et-Humoriste

Dorothée-Drevon-Journaliste-Et-Humoriste

Bonjour Dorothée,

Tu es journaliste, humoriste, etc… mais qui es tu à la fin ?
J’ai 39 ans mais je suis restée bloquée à 26 dans ma tête, ce qui au quotidien ne pose finalement aucun problème, sauf à mes 3 enfants qui aimeraient parfois que je sois un peu
plus « vraie dame sérieuse », notamment pour les réunions avec les maîtresses. Je suis journaliste d’expérience et de cœur, j’ai travaillé en presse écrite et télé pendant 10
ans. Depuis le mois de janvier, je suis comédienne et humoriste. Je travaille à Paris deux jours par semaine mais je vis à Nantes ou j’ai suivi mon mari il y a 3 ans. La vie y
est douce, et les plus grands bonheurs de ma vie à portée de main : les balades sur la côte bretonne, les apéros à la plage, les baignades du week-end, et l’île de Noirmoutier.

Et ton show, il nous raconte quoi ?
Le spectacle « Albert Londres, les pigeons et moi » a été écrit sans préméditation, je voulais juste jeter sur le papier les difficultés de mon métier de journaliste, les baffes
et désillusions qui ont jalonné mes 10 ans d’expérience. C’est sorti en sketchs. Je l’ai joué 2 soirs devant des copains et mes parents, et un producteur s’était glissé dans la
salle le deuxième soir… Il m’a proposé d’en faire mon (nouveau) métier. Le journalisme est une super matière première pour un spectacle : entre ce que j’y ai vécu sur le
terrain, ou avec les chefs et les collègues, ou encore chez pôle emploi, et les gens que j’ai interviewés… c’est une source intarissable de situations et de personnages ! Je
me suis marrée à l’écrire, et les gens se marrent en le voyant, parce que finalement les désillusions et les galères de boulot concernent tout le monde. Il y a un peu d’émotion
aussi, c’est un spectacle très personnel.

Albert-Londres-Les-Pigeons-Et-Moi-Ma-Vraie-Vie-De-Journaliste

Albert-Londres-Les-Pigeons-Et-Moi-Ma-Vraie-Vie-De-Journaliste

A Paris ou à Nantes, tu sors souvent et tu sors comment ?
Quand je sors, c’est pour aller au ciné, au restaurant, ou dîner chez des copains, je ne suis pas une grosse fêtarde… Sauf à la maison ou chez les copains : du bon rhum, une
bonne ambiance, Stevie Wonder, et je peux rapidement me retrouver à danser sur une table…

Quel est ton type de cuisine favori ?
L’italienne. J’ai vécu 6 mois à Rome, et je suis dingue de ce pays. En 6 mois j’ai pris 8 kilos là bas. Je commande des pâtes et mon riz à risotto sur internet pour avoir de la
super qualité. Je ne rigole pas du tout avec ça, la cuisson et la sauce doivent être impeccables.

Le-Song-Nantes

Le-Song-Nantes

J’ai la chance d’interviewer une Nantaise (j’adore cette ville et y ai beaucoup de liens affectifs) alors dis moi quel est ton restaurant préféré là bas ?
A Nantes, j’adore le Song. Il est situé en plein centre, à deux pas de la place Royale. C’est un restaurant qui mêle les gastronomies japonaise, thaï et française. Avec mon mari
nous y allons souvent le mercredi soir : après la « journée des enfants » que je passe avec eux, j’ai comme un besoin de décompresser avec un bon verre et un bon dîner. L’ambiance
y est assez feutrée mais pas guindée, le rapport qualité prix est top, les plats inventifs, et le vin délicieux. A la fin, j’aime à nouveau mes enfants.

Qu’aimes-tu y manger ?
Le plat s’appelle « Tigre, une larme à l’œil ». C’est du bœuf cuit à la plancha. Je ne suis pas fan de viande rouge, mais celle là, cuisinée à la japonaise, c’est fondant, bien
accompagné avec des petits légumes, et un riz très parfumé… Just perfect.

Quel est le prix approximatif d’un repas là bas ?
A midi, il y a des menus entre 14,50 et 33 euros. Super bons. Et le soir, vin compris, il faut compter 50 euros par personne.

A qui ou dans quelles circonstances le conseillerais tu ?
C’est un restau assez calme. Je le conseille donc en amoureux, en repas d’affaires, en petite soirée filles un peu chic, ou avec quelques copains.

Plus dur… à qui ou dans quelles circonstances le déconseillerais tu ?
Je le déconseille pour annoncer une mauvaise nouvelle (rupture amoureuse, dés-héritage, licenciement, « chéri j’ai enfoncé la voiture », etc). Comme c’est calme, l’éventuelle
engueulade qui s’ensuit ne passerait pas inaperçue auprès des autres clients.

Les coordonnées :
5 rue Santeuil 
44000 Nantes
Tel : 02 40 20 88 07
Ouvert du mardi au samedi, service jusqu’à 14h et 23h le soir
Le week end service jusqu’à 23h30
http://www.restaurant-song.fr/index.html

Cette entrée a été publiée dans Les meilleurs, Nantes, Restaurant japonais, Restaurant thaïlandais, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le restaurant préféré de Dorothée Drevon, journaliste et humoriste à … Nantes – LE SONG

  1. Ping : LE 23 CLAUZEL Restaurant français – Paris 9ème | Flavie au Restau

  2. Estelle dit :

    Encore une bonne excuse pour aller a Nantes :-) merci pour ce bon plan !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>